Fabrication de la toile d'araignée

Des toiles géométriques

Majoritairement la chasse faite par les araignées se fait à l'aide d'une toile. Certaines de ces araignées ont recours à des toiles de différentes formes pour mettre en œuvre des méthodes très variées de construction. Pour y arriver, elles utilisent leur filières pour produire la soie mais aussi de leurs huit pattes leur permettant des mouvements et des déplacements précis et rapides.

Malgré que les toiles sont construites selon les mêmes principes, il en existe de différentes structures et tailles. Une toile a pour première fonction: être un piège efficace car elle doit arrêter les proies et les retenir jusqu'à l'arrivée de l'araignée. 

Nous comptons environ 1heure 30minutes pour qu'une araignée bâtisse sa toile, car l'araignée ne peut pas projeter son fil celle-ci doit compter sur le vent ou sur les plus légers déplacements d'air.  

 

- L'une des toiles les plus emblématiques est celle dite orbiculaire ou forme circulaire qui est un piège quasi-infaillible pour capturer les insectes volants. L'une des premières qualités que l'on peut lui attribuer est sa régularité géométrique spectaculaire. Cette toile est produite par les araignées dites orbitèles, il en existe de nombreuses variantes mais qui comportent toujours des rayons, des fils spiralés et les principes de construction restent les mêmes. 

Nous allons prendre l'exemple de l'épeire diadème, pour construire sa toile, elle procède en différentes étapes suivant un déroulement précis que nous allons vous montrer: 

 

Etape 2

Gmfdfg

Quelques fois l'araignée dispose d'un fil d'alarme qui est destiné à transmettre les vibrations d'une proie prise dans la toile vers son refuge. Ceci se fait pour les araignées ne rentant pas sur leur toile. Ces dernières vont dans ce que l'on appelle une retraite et sont reliées à la toile par ce fameux fil qui doit être tendu. Selon l'intensité des vibrations l'araignée peut savoir l'ampleur de sa proie. En tous cas, la victime est mordue, paralysée puis enveloppée dans un cocon de soie comme nous avons vu dans la première partie. Pour consommer sa proie, elle va lui injecter des sucs digestifs et sa salive corrosive pour l'absorber à l'état fluide. 

Les araignées orbitèles reconstruisent régulièrement leur toile, elles mangent le fil qu'elles démontent et même temps le reconstruisent par derrière. On peut parler de recyclage. 

Des toiles irrégulières

Les araignées qui construisent des toiles tridimensionnellees ou irrégulières  représentent la majeure partie des araignées tisseuses. Contrairement au araignées construisant des toiles géométriques, les toiles irrégulières ne sont jamais détruites et reconstruites, elles sont réparées et consolidées tout le temps. Il existe plusieurs structures en trois dimensions. Les toiles à trois dimensions sont différentes par leur structure car elles sont plus grandes et plus complexes. En effet, quand les proies sont attrapées dans la toile, l'araignée a plus de travail à faire ce qui l'incite à faire sa toile dans des endroits précis. Le plan et la méthode employés par l'araignée sont minutieusement planifiés par celle-ci. 

Qu'il y ait ou non un piège mécanique, la même méthode est utilisée dans les toiles à trois dimensions pour ralentir la victime dans son vol. Elles possèdent un faible nombre de fils. Quand l'insecte est capturé, ces fils cassent puis les fils de capture rattrapent l'insecte qui se démène. 

Durant notre élévage de la cousine de la veuve noire, nous avons constaté que celle-ci fabriquait des toiles irrégulières. Nous avons appris que la Veuve Noire possède dans sa toile un piège mécanique. En effet, c'est un piège constitué de fils guants de faible force reliant la toile au sol. La créature qui  bouge dans tous les sens s'englue dans les fils, puis ces derniers se brisent et la balle de la toile tombe par-terre. Sans perdre une seule seconde, l'araignée emmène sa proie vers le haut et la tue. Nous savons qu'elles appartiennent de la même famille et qu'elles ont des toiles similaires, nous vous les montrons en image. ( la notre à gauche, celle de la veuve noire à droite) 

1383827 502485453183333 667409526 n  Veuve

Les différents pièges

Les divers pièges peuvent être séparés en cinq catégories:

- Les pièges en tubes sont des pièges propres à la famille des Atypidae. La partie souterraine de cette toile sert de retraite tandis que la partie aérienne sert de piège. L'araignée se cache dans les débris végétaux, ce piège passe inaperçu pour les victimes. L'araignée mort les proies à travers la soie et celles-ci sont ensuite entraînées à l'intérieur pour être dévorées. 

Images d'une araignée ( Atypidae) :                             Piège en tube: 

Atypidae               Pi

 

- Les pièges en collerettes sont des structures réduites et sont le prolongement de la retraire de l'araignée. Tout d'abord, l'animal cherche un trou, une fissure, une écorce ou une pierre pour s'installer. Ensuite elle dispose des fils de soie sur les supports environnants qui lui permettront d'être avertie quand des proie seront capturées. Pour finir elles seront tuées et mangées. ce sont les araignées faisant partie de la famille des Segestriidaes qui construisent des pièges de cette sorte. 

Image d'une araignée ( Segestriidae) :                         Piège en collerette :

Argestiidae                  Collerette

- Le piège en nappe est composé d'une nappe horizontale, souvent disposée à la façon d'un hamac et surmontée de fils. Elles sont posées sur la végétation et forment une surface épaisse très fournie. Elle peut atteindre cinquante centimètres de superficie. Le support de la toile est les vegétaux environnants, il est assisté de fils verticaux  qui tendent et supportent la toile. Les fils ne sont pas gluants. Tout insecte qui est capturé dans la nappe, s'emmêle dans une multitude de fils entrecroisés. L'araignée sort de sa retraire et tire sa proie, puis la tue. Les araignées de la famille Agelenidae fabriquent des toiles de ce type. 

Image d'une araignée (Agelenidae):                Piège en nappe: 

Agelenidae         Nappe

 

 

- Les pièges en dômes sont une conception identique des pièges en nappes. En effet, les pièges en dômes sont aussi appuyés sur la végétation avec des fils de soutien. Les fils supérieurs servent à intercepter les proies. L'araignée se trouve dans la partie inférieure. Il n'y a pas de retraite, l'araignée mort et consomme la victime sur le moment. C'est les araignées de la famille des Linyphiidae qui font des toiles pareilles.  

Image d'une araignée (Linyphiidae) :          Piège en dômes: 

Lyniphidae           Domes

 

- Les pièges de fils diffus comme l'évoque son nom les constructions sont des entrelacs de fils sans organisation. Les araignées sont à l'envers, sur des fils invisibles. Les araignées qui fabriquent des toiles comme celle-ci appartiennent à la famille des Dictynidae.

Image d'une araignée (Dictynidae):      Piège de fils diffus:

Dic        Diffus

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site